Je t’avais laissé à Madrid il y a quelques jours avec un suspense incroyable, mais ne t’inquiètes pas, je ne t’oublies pas ! J’imagines déjà toute les questions que tu as pu te poser : « Le pauvre, comment a t-il pu bien faire pour se démerder à Madrid avec 10 euros et une cousine ? », « elle est bonne sa cousine ? » ou encore « Comment on peut être aussi con pour perdre sa carte bleu en moins de 12 heures de voyage ? »

Pour répondre à ta première question, tout s’est bien passé. Isabelle, c’est elle sur la photo (je te laisse juger pour ta deuxième question mais en tout cas elle est géniale), gardant pour elle sa honte d’avoir un cousin « nul à chier » (pour répondre à ta troisième question), elle m’avancera les frais pendants les neufs jours à Madrid avec des remboursements réguliers par virement.

Revenons à nos moutons. Juste après qu’un gros « p***** fait c**** ! » soit sorti de ma bouche en confirmant la perte de ma carte, Isabelle me propose de payer le métro, et un pass 10 tickets s’il vous plait ! Direction le « Scout Madrid Hostel » pour y déposer mon gros sac et commencer cette excursion madrilène.

Avec la cousine à Tolède !

Madrid – jour 1

Le check-in fait et les bagages déposés, nous nous dirigeons vers le centre et vers un 100 Montaditos. Une chaîne de restauration rapide servant des minis bocadillos (des petits sandwichs) de toute sorte et de la bière pour pas cher. Parfait pour les radins ou les fauchés avec des montaditos entre 1 et 2€  et la pinte de bière à 1,5€.

100 Montaditos

100 Montaditos

Une pinte de bière, 3 montaditos et un portion de nachos au fromage plus tard, il est déjà temps pour Isabelle de m’abandonner lâchement (fille au pair, il faut aller chercher ces fichus gamins). Sans son sac dans un premier temps avant qu’une cliente zélée ne nous rattrape en courant. Ça aurait été bien con de perdre deux cartes bleues en une journée. Karma.

Isabelle et son sac partis récupérer les petits espagnols à l’école, je décide de rentrer à l’auberge à pieds. Une super idée qui prendra 1h20 de marche à travers parcs, barres d’immeubles et petites rues étriquées. C’est pas forcément le plus beau côté de Madrid, mais c’est authentique et il fait BEAU ! Après deux semaines de pluies torrentielles à Lille, ça fait plaisir.

Arrivé à l’auberge dégoulinant de sueur, suivent un douche, une série de recherches pour savoir comment récupérer ma carte bleue, deux ou trois pauses 9gag et facebook, une série d’appels infructueux à la banque (équipe en »formation » d’après la voix mappy du répondeur) et un saut de l’ange dans mon lit superposé. Terminé, bonsoir.

Madrid – jour 2

Palacio Real de Madrid

Après une bonne nuit de sommeil « méritée », un petit dèj englouti, je m’engouffre dans le métro, direction le Palacio Real de Madrid. Aujourd’hui, il n’est utilisé que pour des occasions protocolaires, la famille royale préférant résider au Palacio de la Zarzuela en dehors de Madrid, loin de la populace et des emmerdes.

Chance ! Le premier mercredi du mois, au lieu du test des sirènes de casernes de pompier un peu chiante en France, il y a la relève solennelle de la garde royale. Une cérémonie d’à peu près une heure commençant à midi où tu peux entendre des fifres, des tambours et des trompettes cadencer le pas de mec et de nana en uniformes d’antan. Avec ou sans armures, à pieds ou à cheval, avec ou sans armures vachement brillantes avec des plumes blanches ou des plumes rouges sur leur casque. A vrai dire on ne comprend pas trop qui remplace qui, mais c’est pas grave c’est sympa à voir !

Royal guard take over

Isabelle me rejoint après une 30 de minutes et nous décidons rapidement d’aller voir ailleurs si nous y étions. Il faut avouer que c’est un brin répétitif et qu’a un moment les mouvements de foule de chinois, ça te les casse un peu. Il faut toujours voir avec modération.

Mon petit guide madrilène me conduit ensuite au temple de Debod. Temple Égyptien à la gloire d’Amon déplacé de Debod en 1972. Pour le petit point culture, il a été déplacé à cause du projet de construction du barrage d’Ouassan construit entre 1960 et 1970. L’Egypte demande l’aide internationale pour sauver les temples qui allaient être recouvert par les eaux. Du coup, comme les espagnoles ont été sympa, ils se voient offrir le temple de Debod en cadeau. Comme quoi c’est cool d’être sympa ! Cette petite visite nous permet aussi d’observer le Swag des gardiens espagnols.

Temple de Debod

L’INFO UTILE :
Beaucoup de touristes et d’espagnols s’y rendent le soir, pour le couché de soleil sympatoch

S’en suivent une petite balade dans le parc adjacent, le départ toujours aussi lâche d’Isabelle pour aller récupérer les gosses et un retour à l’auberge pour régler toutes ces merdes administratives. Le soir, petit dîner posé dans un appart dans le centre de Madrid ou je rencontre des potes d’Isabelle, Azhar pakistanais et deux allemandes dont j’ai oublié le prénom, la honte.

Madrid – jour 3

Aujourd’hui, pas d’Isabelle pour me pousser au cul dans la journée. Petite journée tranquille donc qui m’emmène à me perdre dans les rues des quartiers de La Latina et Lavapiés, quartiers aux rues colorées dont l’atmosphère me rappelle mon petit quartier de Wazemmes à Lille (Article dédié à venir parce que c’est vraiment cool). Après 2h de marche aléatoire et 1h pour retrouver mon chemin, retour à l’auberge. Petite rencontre couchsurfing prévue pour le soir.

Quartiers La Latina et Lavapiés

Les rencontres coachsurfing, une façon simple de rencontrer des gens quand tu voyages tout seul où si tu viens d’arriver dans une nouvelle ville. Entre bières et tapas, on y rencontre des espagnoles voulant améliorer leurs anglais, des développeurs russes travaillant pour la BNP et mutés en Espagne, des anciens soldats reconvertis en prof d’espagnols, etc. Et parfois, il faut l’avouer des coréens un peu chelou.

Une journée géniale en somme, on tire le rideau ! les jours 4 à 9 aux prochains épisodes !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *